Radiation confirmée pour le médecin anti vaccination

Le Conseil d’État a confirmé le 22 décembre 2017 la radiation prononcée le 27 juillet 2015 (confirmée en appel le 27 octobre 2016) par le Conseil de l’ordre des médecins de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à l’encontre d’un médecin ayant inscrit des « mentions mensongères » sur le carnet de santé d’une petite fille, indiquant quatre injections du vaccin contre le Tétanos et la poliomyélite, qu’il n’avait pas effectuées.

Estimant que le médecin a délibérément contrevenu au code de la santé, « lui interdisant de faire courir au patient un risque injustifié », le Conseil a jugé que la sanction du Conseil de l’Ordre était justifiée.

Inquiet pour sa fille, à cause des positions antivaccination de son ex épouse, le père avait saisi le Conseil de l’Ordre après qu’un test ait confirmé l’absence de vaccination.

Dans son jugement de 2016, le Conseil avait démontré le choix délibéré du médecin par la mère : « Le fait que la mère de l’enfant (qui fait partie d’une communauté religieuses qui serait hostile à la vaccination) a fait le déplacement de son domicile lyonnais à Annecy, où réside le médecin, étaye l’hypothèse que le choix de ce médecin a procédé de la volonté d’échapper à l’obligation légale des vaccinations ».

(Source : Le Figaro, 22.12.2017)