La manipulation mentale en psychologie sociale

Les recherches théoriques sur la psychologie de la soumission appartiennent à des courants de pensée différents et se sont beaucoup développées, aux Etats-Unis notamment, depuis plusieurs décennies. Deux français, chercheurs en psychologie sociale et professeurs d’université, Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, ont tenté d’en faire la synthèse.

Lire la suite

La vie quotidienne dans la Sea Org

La secte, c’est un monde fermé, secret, isolé, où ne pénètre ni le regard, ni la loi du monde extérieur. Quel mystère pour ceux qui n’y ont pas vécu ! Qu’est-ce qui peut donc s’y passer ? Qu’est-ce qu’on peut bien y faire à longueur de journée ? Il est vraiment impossible de donner une réponse générale : tout dépend de la secte… et de la place hiérarchique qu’on y occupe ! Le témoignage qui suit, écrit par un ex-adepte sorti de la Scientologie, vous donne une idée de ce que peut être le paradis promis aux adeptes de certaines sectes… Ce témoignage parait à peine croyable ! Cependant, il peut être recoupé par d’autres ex-membres qui ont vécu des expériences semblables.

Lire la suite

Le chamanisme est-il une médecine ? (2ème partie)

Après avoir répondu aux questions de Bulles [Bulles n°108, pages 14 à 20, décembre 2010] sur le chamanisme traditionnel, mis en évidence la nature ambiguë du chaman, évoqué les croyances et rituels dont le personnage était tout à la fois le gardien, l’inspirateur et le maître d’œuvre, attiré également l’attention sur la préoccupation des anciens confrontés à la prolifération des usurpateurs, Guy Rouquet, président de [Psychothérapie Vigilance, aborde dans cet article la question des pratiques médicales chamaniques.

Lire la suite

Le modèle politique sectaire face à la démocratie

Lors du colloque « Sectes et État de droit » de la FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme), à Copenhague le 30 mai 2013, Jean-Pierre Jougla a retracé la genèse du concept d’État de droit et montré combien le modèle sectaire, qui fait de l’adepte l’inverse d’un citoyen, est régressif et dangereux pour les démocraties.

J’aborde ce que j’appelle les sectes contemporaines1 comme des modèles politiques utopiques en rupture avec les réalités et l’esprit de notre temps, ayant pour objectif d’être dupliqués et généralisés en réseau. C’est dire que ce modèle sectaire est un cheval de Troie au sein de l’État de droit, un État dans l’État, et qu’il présente un danger pour l’avenir démocratique.
Démocratie et État de droit.

Lire la suite

La régression intellectuelle au centre de la manipulation mentale

La plupart des personnes qui approchent de près ou de loin le phénomène sectaire ne manquent pas de s’étonner de la crédulité induite sur les adeptes. Souvent, ceux qui ont connu ces derniers avant qu’ils ne soient séduits par les propositions des gourous ou de leur porte-parole, sont stupéfaits de les voir adopter un discours simplificateur d’où est éliminé tout esprit critique. La surprise est d’autant plus accentuée que souvent ces personnes n’étaient pas antérieurement démunies intellectuellement, comme en témoigne le statut social de certains : membres du corps médical ou paramédical, enseignants, universitaires, cadres d’entreprise etc.
Lire la suite

Maltraitance sectaire et enfant : les difficultés face à la justice

Les sectes représentent une véritable maltraitance pour les enfants qui se trouvent malgré eux enrôlés, endoctrinés, et la plupart du temps dans la totale complicité de leur entourage proche. En effet, aucun de ces enfants n’a choisi de lui même de se voir impliqué de près ou de loin dans une secte. Toutes les maltraitances sont possibles au sein des sectes. Mais selon qu’il s’agit de maltraitances physiques ou psychologiques, différents points de départ à une réflexion sur le sujet sont possibles.

Lire la suite

Témoins de Jéhovah : décryptage (4)

Combien de Témoins de Jéhovah vivent douloureusement ces situations, adoptant des positions qui, pour des observateurs de l’extérieur, ne semblent pas en accord avec leur personnalité ? On ne peut comprendre ces ruptures radicales avec la « vie d’avant », dans les manières de se comporter, les relations sociales et familiales, qu’en constatant que l’appartenance à l’Organisation ne résulte pas d’une adhésion libre et éclairée et que l’on devient Témoin de Jéhovah… sans l’avoir voulu, en quelque sorte.(…)
Lire la suite