Belgique /  » Les auteurs de méfaits sont rarement punis «

Jacques, ancien Témoin de Jéhovah, a fait partie du « comité judiciaire » interne à l’organisation pendant trente ans.


Il s’agit d’un jury composé d’anciens, « chargés de définir la sanction adéquate »… Deux témoins doivent avoir assisté aux actes répréhensibles pour que l’auteur soit convoqué par les anciens. Dans le cas d’abus sexuel cette condition peut difficilement être remplie !

L’ancien Témoin de Jéhovah rapporte que la réputation du groupe prime toujours sur celui de la victime et qu’un Témoin de Jéhovah a l’interdiction de dénoncer un coreligionnaire, sous peine d’être exclu.

Dans ces conditions les auteurs de méfaits sont rarement inquiétés par la justice officielle.

Source : Le Soir Mag, Emmanuelle Praet, 05.12.2011