La manipulation mentale en psychologie sociale

Les recherches théoriques sur la psychologie de la soumission appartiennent à des courants de pensée différents et se sont beaucoup développées, aux Etats-Unis notamment, depuis plusieurs décennies. Deux français, chercheurs en psychologie sociale et professeurs d’université, Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, ont tenté d’en faire la synthèse.

Lire la suite

La régression intellectuelle au centre de la manipulation mentale

La plupart des personnes qui approchent de près ou de loin le phénomène sectaire ne manquent pas de s’étonner de la crédulité induite sur les adeptes. Souvent, ceux qui ont connu ces derniers avant qu’ils ne soient séduits par les propositions des gourous ou de leur porte-parole, sont stupéfaits de les voir adopter un discours simplificateur d’où est éliminé tout esprit critique. La surprise est d’autant plus accentuée que souvent ces personnes n’étaient pas antérieurement démunies intellectuellement, comme en témoigne le statut social de certains : membres du corps médical ou paramédical, enseignants, universitaires, cadres d’entreprise etc.
Lire la suite

Editorial

Ce numéro de Bulles s’ouvre sur un hommage à Jacques Trouslard, récemment décédé au terme d’une vie très active, consacrée entre autres, à la défense des victimes de sectes. Chacun d’entre nous gardera en mémoire son engagement et se souviendra de la pertinence de ses analyses autant que de son humour et de sa modestie tout au long de son combat.

Les trois témoignages publiés dans ce numéro, s’ils sont représentatifs de nombreux cas d’emprise psychologique dont les ADFI sont témoins, montrent que l’on peut en sortir. Nous souhaitons qu’ils permettent aux familles qui se sentent si impuissantes devant l’abus de pouvoir exercé sur leur proche, de garder toujours présent à l’esprit que la sortie est possible, même s’il faut attendre parfois longtemps.

Le point commun aux histoires de ces trois jeunes femmes est la rencontre d’une personne manipulatrice (professeur, voyant ou thérapeute) qui les a écoutées, mises en confiance, et leur a apporté un mieux-être provisoire. Puis, progressivement conduites à croire que ce « gourou » possédait des connaissances supérieures, ou des pouvoirs occultes, et incitées à n’en pas faire état devant des personnes extérieures, elles ont commencé une descente dans les arcanes de la déraison. Amenées à parler d’elles mêmes, à dévoiler entièrement leur intimité, elles ont donné au « gourou » tout pouvoir pour les assujettir et pour les retenir par la culpabilité et la peur.

Ce qui a permis la sortie d’emprise est propre à chaque victime, mais ces récits mettent en lumière l’importance des liens familiaux conservés, et parfois d’une mobilisation rapide de l’entourage aidé et soutenu par une association ayant l’expérience de ces situations.

On lira, enfin, le deuxième volet de l’entretien avec Guy Rouquet sur le chamanisme. Le précédent article traitait des rapports entre chamanisme et religion, les questions portent ici sur les rapports du chamanisme avec la médecine.

La relation gourou-disciple

Pour l’auteur, les notions d’endoctrinement et de charisme ne sont pas suffisantes pour expliquer que certains se ruinent ou même laissent leur vie dans l’aventure sectaire. Elle pense qu’il y a rencontre, dans la plupart des cas, entre les besoins inconscients du leader et ceux des adeptes.
Lire la suite