Par le feu

« Ne sors pas de la base.

Ne parle pas aux Etrangers.

Ne pense pas.

Obéis, car le Seigneur est bon.

Avant, elle vivait derrière la clôture.
Elle n’avait pas le droit de quitter la Base.
Ni de parler à qui que ce soit.
Parce que Père John contrôlait tout et qu’il établissait des règles.
Lui désobéir pouvait avoir des conséquences terribles.
Puis il y a eu les mensonges de Père John.
Puis il y a eu le feu…

Inspiré par l’histoire vraie de Waco, Par le feu est un grand roman sur la folie des hommes et le courage d’une adolescente. Livre-événement en Angleterre, il a remporté le prestigieux YA Book Prize 2018. »

 

(D’après l’éditeur)

Note de lecture de l’UNADFI

Moonbeam, 17 ans, fait partie des rares rescapés de la Sainte Église de la Légion du Seigneur, où elle vivait depuis son enfance. Isolée dans le désert du Texas, la communauté vient de partir en fumée.

Avant, tout n’était qu’interdits, dictés par le Père John, inspiré par le Seigneur dont il se dit le porte-parole. Avant, sa vie se partageait entre interminables heures de travail et prières, chacun des membres sous le regard des autres. Le moindre écart, la moindre pensée « Hérétique » étaient sévèrement punis. Dans un tel climat, impossible de confier ses doutes, même à celui qui semble un allié. Tous vivaient dans l’attente et la crainte de la Bataille Finale, annoncée par le Père John.

Avant l’incendie, pourtant, Moonbeam commençait à se poser des questions sur les propos et comportements du leader.

Après, c’est après l’incendie, c’est maintenant, dans le centre de soins où elle est confrontée à un psychiatre et un enquêteur du FBI. Le dialogue est difficile à instaurer mais, peu à peu, les deux hommes lui permettront de se libérer de la terreur qui l’habitait. Elle comprendra alors que les grillages entourant la Base n’étaient pas là pour les protéger de l’intrusion des ennemis du dehors, mais pour les empêcher de fuir.

 

Librement inspiré de la tragédie de Waco (avril 1993) *, ce récit haletant et émouvant, construit sur l’alternance de l’avant et de l’après, permet de comprendre le processus de mise sous emprise et

* En 1984, Vernon Howell, exclu de l’église adventiste, rejoint le groupe des Davidiens isolé dans un ranch du Texas, dont il évince le dirigeant. Il prend le nom de David Koresh et enferme ses disciples dans un complexe construit avec des moyens de fortune. Messie autoproclamé, il est obsédé par l’idée de la bataille finale contre les incroyants, et arme ses adeptes qu’il soumet à des entraînements paramilitaires. La vie quotidienne est un mélange de sermons bibliques apocalyptique et de dur labeur.

Le 28 février 1993, des agents fédéraux chargés du contrôle des armes se présentent munis de mandats de perquisition. Ils sont accueillis par des rafales d’armes automatiques. Il y a des morts des deux côtés. Koresh laisse partir 21 enfants et 11 adultes, puis le siège commence. Il durera 51 jours, à l’issue desquels le FBI donne l’assaut. Les réserves de munitions explosent, les bâtiments prennent feu. Si 9 personnes arrivent à s’échapper, le drame a fait 72 victimes. Aucun enfant n’a survécu.

(Source : revue Bulles n°38, 2ème trimestre 1993)

  • Auteur : Will Hill
  • Editeur : Casterman
  • Date de publication : 06/03/2019