Le Paraguay terre d’accueil

A quatre heures de route de la capitale Asuncion, se situe un lotissement appelé « Le paradis vert » ou Paraiso. Il a pour vocation d’héberger des Européens rejetant la société actuelle et en quête d’un ailleurs « libre » et sans « réglementations ». Les vaccins y sont critiqués et les membres y cultivent leur « croissance spirituelle ».

Le lieu est gardé par des vigiles armés. Il se compose de plusieurs pavillons. Il sort de l’esprit d’un couple d’Autrichiens voulant créer un lieu loin des « tendances socialistes dans le monde, de la propagation des réalisations dégénératives telles que la 5G, les chemtrails, l’eau fluorée, les vaccinations obligatoires, les injonctions de soins », les « magouilles ».  L’AFP a pu visiter avec un accompagnant une partie de ces installations et rencontrer certains de leurs habitants. Tous se méfient des médias après que des reportages les définissent comme « un noyau dur de complotistes ».

L’AFP a pu rencontrer au « centre de santé » un Allemand se présentant comme « médecin naturaliste » adepte d’homéopathie et d’ozonothérapie. Pour lui, le coronavirus n’est pas nouveau mais il a été mis en place pour pouvoir instaurer un confinement, des sanctions, des masques. Les gens habitant dans le lieu ne veulent pas se faire vacciner contre le Covid.  Ils ne se disent pas anti-vaccination mais défenseurs du droit de choisir les substances qui pénètrent dans leurs corps.

Sur son site, Paraiso se présente comme un refuge pour les libres penseurs conservateurs, les non conformistes et les personnes souhaitant vivre une meilleure vie. Cependant l’AFP relève plusieurs plaintes pour escroquerie et abus de confiance. De nombreuses personnes sont parties après avoir constaté que l’eldorado promis n’était pas au rendez-vous. En outre, l’un des fondateurs du lieu est accusé d’avoir tenu en 2019 des propos islamophobes lors d’un discours prononcé devant des membres du gouvernement paraguayen. 

(Sources : Le Matin, 10.03.2022 & Insider, 13.02.2022)

La vie prime sur la croyance

La Chambre constitutionnelle de la Cour suprême du Paraguay a décidé, par la voix des ministres Eugenio Jiménez, Gladys Bareiro et Alberto Martínez Simón, d’accorder le droit aux médecins d’administrer tout soin nécessaire aux malades en danger de mort – et ce, même si cela va à l’encontre de la liberté de religion et du droit du patient de choisir son traitement médical. Lire la suite

Transfusion sanguine, le droit à la vie prime

Le procureur Nelson Rodriguez Gonzalez a déposé une action en amporo1 devant la Chambre civile de la Cour des enfants et des adolescents du district judiciaire de Santiago (République dominicaine) contre un couple Témoins de Jéhovah qui refusait de donner l’autorisation de transfuser son bébé né prématurément avec de graves problèmes d’anémie.

Lire la suite