À signaler

Dans un article paru sur le site European Scientist, Didier Pachoud, président du GEMPPI (Groupe d’Etude des Mouvements de Pensée en vue de la Prévention de l’Individu), aborde le New Age1 et la propagation de ses croyances dans le secteur des sciences et de la santé.


Après avoir abordé l’histoire de New Age, Didier Pachoud s’attarde sur le vocabulaire souvent pseudo-scientifique ou pseudo-psychologique savamment sélectionné pour tromper les individus. Les adeptes pensent entreprendre une démarche thérapeutique ou de bien-être mais le vocabulaire utilisé exprime des croyances.

Didier Pachoud appelle à la vigilance lorsqu’une personne suit des séances de développement personnel, de yoga, de méditation ou différentes thérapies. Il rappelle que les lieux où se déroulent ces pratiques sont souvent des endroits où le prosélytisme de mouvements sectaires est important. L’idéologie new age sert de support aux mouvements sectaires actuels. En outre les adeptes du New ge se tournent vers des médecines alternatives, médecine holistiques ou encore médecines globales. Ces médecines sans aucune validation scientifique peuvent être dangereuses pour l’individu. En face, les professionnels du new age se cachent derrière des diplômes souvent non reconnus.

L’article est accompagné d’exemples issus de l’expérience de l’auteur. Cet article apporte un éclairage sur cette nébuleuse parfois difficilement saisissable.

(Source : European Scientist, 21.08.2018)

1. Lire sur le site de l’UNADFI, Le New Age : https://www.unadfi.org/groupes-et-mouvances/le-new-age/
Lire l’article de Didier Pachoud en version intégrale : https://www.europeanscientist.com/fr/opinion/les-medecines-non-conventionnelles-vecteur-de-propagation-des-nouveaux-groupes-sectaires/