Association  » Un espoir pour Zoé « 

Au mois de mars 2009, une tumeur incurable était détectée chez Zoé, une fillette de cinq ans habitant West-Cappel près de Dunkerque (59).


Sa mère et son compagnon, décidaient alors de créer un blog et une association « Un espoir pour Zoé » afin de récolter des fonds pour soigner la fillette. L’opération avait suscité un élan de générosité exceptionnel.

Le doute sur cette association a commencé à germer lorsque, en juin 2009, le professeur Jacques Grill, spécialiste du cancer, a exigé de ne plus figurer sur le blog d’appel aux dons de l’association, « inquiet des méthodes de guérison parallèles » prônées par le compagnon de la maman de Zoé.

Le père de l’enfant avait, quant à lui et dès la mi-juin 2009, saisi un juge aux affaires familiales parce qu’il était en désaccord avec la création de l’association.

De son côté, l’ADFI Nord Pas de Calais Picardie qui soutient la démarche du père, s’était inquiétée le 6 août 2009 des activités du compagnon de la mère de Zoé. Car ce dernier, qui se dit naturopathe et kinésiologue, n’avait de cesse de proposer une alimentation stricte à la fillette.

Zoé est finalement décédée le 5 septembre 2009.

Un mois et demi après la mort de la fillette, une polémique porte sur les comptes de l’association[1] « et sur une suspicion de dérive sectaire » signalée par l’ADFI.

Le père de Zoé a porté plainte « pour homicide involontaire, escroquerie et abus de confiance ». Le parquet de Lille l’a suivi.

Sources : La Voix du Nord, Alexis Constant, 11.09.2009, 12.10.2009 & 09.12.2009 et Aujourd’hui en France, Pascale Egré, 08.12.2009

[1] A noter que la récolte de fonds avait aussi pour objectif de financer des séjours de convalescence pour la fillette. Zoé a bien bénéficié d’un séjour d’une semaine en Tunisie au mois de mai. Mais le beau-père de la fillette y avait programmé un séminaire pour le compte d’une société de produits paramédicaux dont il est le représentant en France.