Travailleuses Missionnaires (Eau Vive)

Posté le 10 février 2017

Les Travailleuses missionnaires ne retourneront pas à Lisieux

Les autorités catholiques n’ont pas renouvelé la convention avec l’hôtellerie du sanctuaire de Lisieux. Cette mesure intervient moins de 2 ans après le dépôt d’un plainte contre l’association qui la dirige, la Famille missionnaire Donum Dei, pour esclavage moderne1. Le non-renouvellement de la convention intervient également après les résultats de l’enquête apostolique menée depuis un an et qui devraient être publiés prochainement.


Posté le 10 juillet 2016

La Miviludes demande le regroupement des plaintes

Près d’un an après la première plainte à l’encontre de la communauté des Travailleuses Missionnaires (TM), la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), est toujours en attente du regroupement des cinq plaintes d’anciennes adeptes.


Posté le 12 juin 2016

L’Eau vive soupçonnée d’esclavage

Trois anciennes travailleuses missionnaires ayant résidé dans le foyer Louis et Zélie Martin à Lisieux (Calvados) ont porté plainte contre X pour exploitation d’une personne réduite en esclavage. Depuis la première plainte en mars 20151, les témoignages affluent et font progresser l’enquête actuellement en cours2.


Posté le 05 mai 2015

Une ancienne Travailleuse missionnaire témoigne et porte plainte

Le 17 mars 2015, une femme a déposé une plainte au commissariat de Caen (Calvados), contre la Famille missionnaire donum dei, association de la communauté des Travailleuses missionnaires, pour exploitation d’une personne réduite en esclavage.


Posté le 09 janvier 2015

Famille Missionnaire Donum Dei / Restaurants Eau Vive

Il y a trente ans déjà, cette communauté avait fait parler d’elle à la suite des révélations inquiétantes d’ex-membres sur les abus de pouvoir du fondateur et des dirigeants, la gestion et le fonctionnement des restaurants, les atteintes aux droits fondamentaux des membres.


Posté le 13 août 2014

Le collectif des Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée

Un profond malaise traverse la communauté des Travailleuses Missionnaires de l’Immaculée (TM). Durant ces dix dernières années, 50 personnes l’ont quittée. 15 d’entre elles se sont rassemblées dans un collectif dénonçant les conditions de vie et de travail au sein du réseau de restaurants de la communauté, l’Eau Vive. Elles affirment avoir subi un « système d’emprise particulièrement pernicieux ».


Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 novembre 2017