Abus de faiblesse

Posté le 11 avril 2017

Un guérisseur condamné

Un guérisseur d’origine française a été condamné à trois ans et demi de prison ferme pour viols, contraintes sexuelles et abus de détresse par le tribunal correctionnel de Lausanne.


Le thérapeute est accusé d’avoir abusé de six de ses clientes entre 2011 et 2015, deux d’entre elles seulement ont porté plainte. Toutes ces victimes avaient des problèmes physiques et psychologiques et ont été piégées par l’homme qui a profité de sa position de « soigneur ».


Posté le 11 avril 2017

Des diplômes de pacotille qui mènent à la mort

En Belgique, Didier F., chantre de la Biologie Totale pseudo-thérapie créée par Claude Sabbah1, a été renvoyé en correctionnelle pour exercice illégal de la médecine. Il aurait influencé le choix mortifère de Domizzio Danieli, un habitant de Charleroi décédé en 2012 des suites d’une tumeur au cerveau.


Posté le 14 mars 2017

Le procès d’une pseudo-thérapeute

Le 20 février dernier a eu lieu devant la 1ere chambre correctionnelle de Paris, le procès d’une kinésithérapeute, Marie Catherine Phanekam, jugée pour abus de faiblesse. Elle s’improvisait thérapeute et « coach » auprès de personnes cherchant de l’aide dans un moment difficile de leur vie. Ce procès a mis en exergue l’utilisation d’une méthode d’emprise : les faux souvenirs induits1.


Posté le 13 mars 2017

Renvoi en correctionnel

Après trois ans d’investigation, le parquet a requis le renvoi en correctionnel de l’affaire Marie Porte du Ciel1, impliquant les époux Valencourt et leurs trois enfants soupçonnés d’abus de faiblesse et de blanchiment aggravé.


Le fondateur de l’association Marie Porte du Ciel situé au Tampon (La Réunion), avait été mis en examen suite aux plaintes de certains membres du groupe de prière qui l’accusaient notamment de s’être enrichi au détriment de centaines d’adeptes.


Posté le 13 mars 2017

Abus de faiblesse

A Nyon, une mère accablée par la maladie puis le décès de son fils a été la victime de deux femmes qui lui ont extorqué un demi-million de francs suisses contre les promesses de guérison d’un sorcier africain… virtuel. Accusées d’escroquerie par métier, d’extorsion, de chantage et de blanchiment d’argent, les deux femmes ont été condamnées à 2 et 3 ans de prison.


Pages

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 19 avril 2017