Bulles

N°129

L'emprise sectaire

« Comment entre-t-on dans une secte et pourquoi y reste-t-on ? », se demandent inévitablement toutes les personnes confrontées au phénomène sectaire. La réponse est complexe et il n’est pas plus possible aujourd’hui qu’il y a quarante ans de répondre de façon générale ; mais il est intéressant de jeter un regard sur ce que ces années nous ont appris, de constater l’évolution de la sémantique et du regard porté sur le phénomène sectaire.


- Dans la deuxième partie du 20è siècle, la plupart des études de synthèses effectuées sur les sectes nocives (ou « cults » pour les anglo-saxon) définissaient leurs abus comme conséquences du pouvoir absolu d’un gourou et de son organisation sur des personnes, pouvoir établi grâce à des techniques de « contrôle mental » ou de « réforme de la pensée ».


- À la fin des années 90, le terme de dérive sectaire s’est imposé pour qualifier le fonctionnement de groupes ayant des comportements déviants, basé sur
une mise en état de sujétion psychologique et physique des membres soumis à des abus de pouvoirs. (Le mot secte, quoique non défini juridiquement,
reste utilisé par le public pour désigner de tels mouvements…). (...)

 

 

Sommaire : 

 

  • Éditorial
  • L'emprise sectaire, un meurtre de la pensée
  • L'emprise mentale, un phénomène progressif, extensif et durable
  • Mise en état de sujétion : l'exemple du " Parc d'Accueil"
  • La dissonance cognitive
  • Emprise sectaire, des préjudices ineffaçables
  • Comment repérer une emprise sectaire ?
  • Que faire?
  • Revue de presse
  • À signaler

 

Bulles N°129, mars 2016 - 4,00€


Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 17 mai 2018