Version imprimablePDF version

Un sondage qui alerte

Début janvier, une étude de l’IFOP pour la fondation Jean Jaurès et l’observatoire Conspiracy Watch révélait que 79% des français adhéreraient à une théorie du complot. Un sondage qui, bien que contesté, interpelle les spécialistes.


L’étude montre que 55% des français croient que le ministère de la Santé est de mèche avec les industries pharmaceutiques pour cacher au grand public la réalité de la nocivité des vaccins. 54% sont d’accord avec le fait que la CIA est impliquée dans l’assassinat de John F. Kennedy et 32% pensent que le virus du sida a été créé en laboratoire et testé sur la population africaine avant de se répandre à travers le monde.


Cette étude fait néanmoins débat car les questions et les théories pouvaient être inconnues et compliquées à comprendre pour certains. De plus, il n’y avait pas la possibilité de répondre « ne se prononce pas » obligeant les répondants à faire un choix.


Pour Rudy Reichstadt, directeur de l’observatoire Conspiracy Watch, cette étude confirme que les théories du complot sont un phénomène majeur qui traverse toute la société. Le sociologue Gérald Bronner pense que, bien qu’imparfait, ce sondage fait ressortir une tendance à la forte croyance aux théories du complot. Pour lui, il s’agit de personnes qui se sentant à un moment perdantes face à une situation vont chercher des explications ailleurs. Pour le sociologue, l’une des principales causes de la propagation des théories du complot est la dérégulation de l’information notamment avec Internet. Les forums et les réseaux sociaux ont permis de simplifier et d’accélérer la diffusion de l’information. Sur le web, chaque proposition intellectuelle peut en concurrencer une autre, le vrai et le faux s’entremêlent. De ce fait, nombre d’acteurs motivés peuvent faire valoir un point de vue qui, visible par tous, peut être pris comme représentatif, et séduire et influencer des personnes indécises qui vont être influencées.


Face à ce phénomène, Google a décidé de modifier son algorithme pour relayer les fausses informations en mauvaise position dans la liste des résultats.


Pour le politologue et historien, Pierre André Taguieff, si on exclut les théories farfelues comme les reptiliens et les Illimunati, ce qui fait la force des théories conspirationnistes c’est qu’elles contiennent une part de vérité. Pour Taguieff, ces théories réenchantent le monde par le négatif faisant entrer celui qui y croit dans un monde fantastique peuplé de forces occultes.


Pour tous les spécialistes, la lutte contre les théories du complot passe par la pédagogie, chacun devant s’efforcer d’expliquer et d’identifier les sources des croyances conspirationnistes.


(Sources : HuffPost, 07.01.2018 & Libération, 08.01.2018 & L’Express, 10.01.2018)


Posté le 13 Février 2018

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 22 février 2018