Version imprimablePDF version

Une secte à la Sorbonne

En septembre 2005, " Sciences et Avenir " avait consacré un long article à Claude Sabbah, grand prêtre de la " déprogrammation biologique " qui entend guérir des maladies telles le sida, les cancers ou la sclérose en plaques… Selon sa doctrine appelée " la Biologie totale des êtres vivants ", toutes les maladies ont pour origine un stress psychologique appelé "conflit" [1]. Il " suffit " d’en retrouver l’origine et de le verbaliser pour " en prendre conscience " et… déprogrammer la maladie.

Le 30 juin 2007, Claude Sabbah tenait un colloque… à l’Université Panthéon-Sorbonne. Ce colloque devait, à l’origine, se tenir au sein de la prestigieuse Université de la Sorbonne mais des interventions successives de l’ADFI Paris, de la MIVILUDES et de la Direction générale de la Santé l’ont fait déplacer à l’Université voisine de Panthéon-Sorbonne. Un journaliste de " Science et Avenir " se trouvait dans la salle, filmant le colloque qui réunissait environ 400 personnes. Le prix d’entrée était tout sauf modique : 145 euros.

Au cours du colloque, Claude Sabbah n’a pas manqué de livrer toute une série de témoignages de guérison " tous plus spectaculaires les uns que les autres ". Il a aussi raconté comment l’un de ses meilleurs élèves installé au Canada (Claude Sabbah dispense des " formations "), Gilbert Renaud, a guéri un professeur de médecine de l’université Harvard aux Etats-Unis, lors d’une… conversation téléphonique qui a duré 1h30 !
Claude Sabbah a tenu son double discours habituel " prêchant " d’un côté l’importance de poursuivre les traitements médicaux traditionnels et de l’autre leur " inanité ". Cette prise de position ambivalente est confirmée par le Pr Didier Houssin qui relève que " quoi qu’ils en disent ", les praticiens de la Biologie Totale " mènent une entreprise de dénigrement de la médecine conventionnelle et peuvent inciter des malades à décider d’interrompre leur traitement ". Ajoutons à cela que, selon Claude Sabbah, " les médecins aggravent les maladies plus qu’ils ne les soignent car ils stressent les patients ". C’est ce qu’il appelle " le conflit de diagnostic ", ce dernier multipliant " par mille la maladie ". Dans le même ordre d’idée, il en arrive même à affirmer que c’est le stress qui tue les fumeurs et non pas le tabac. En effet, ce sont les messages de prévention associant le tabac au cancer puis à la mort qui sont nocifs.

Claude Sabbah a su créer un large réseau de médecins et de thérapeutes. En France, plus d’une dizaine de médecins identifiés vantent les mérites de la Biologie Totale. Certains d’entre eux ont été radiés ou ont été suspendus. Mais d’autres sont toujours en activité, exerçant en tant que spécialistes. La Biologie Totale acquiert ainsi une respectabilité auprès des malades.
Claude Sabbah quant à lui est un ancien médecin sanctionné en 1996 par l’Ordre des Médecins de trois ans de suspension " suite à une plainte concernant l’incitation à l’arrêt de traitements ". Sa sanction avait été annulée en appel en 1998 mais trois mois plus tard, il s’autoradiait de l’Ordre des médecins.
Il revendique le chiffre de 5000 " élèves " passés par ses " formations". Il semble en tout cas avéré que certains auditeurs de ses conférences n’hésitent pas à débourser beaucoup d’argent pour devenir eux-mêmes formateurs en Biologie Totale.

Deux plaintes visant ces pratiques ont pourtant été déposées et d’autres dossiers sont actuellement en cours de constitution. De leur côté, la Direction Générale de la Santé reste attentive au risque de mise en danger de la santé pour les utilisateurs de cette méthode et le Conseil national de l’ordre des médecins avance la possibilité d’attaquer Claude Sabbah au pénal.


[En 2007, un adepte de la Biologie Totale, Claude S., est mort d’un cancer de la prostate. Pendant trois ans, il avait refusé de se soigner, cherchant l’origine du " conflit " responsable de sa pathologie. Il ne commencera à traiter réellement son cancer qu’en 2004. Trop tardivement. Quelques jours avant sa mort, il avouait à sa femme qu’il s’était " bien fait avoir ".]


Sciences et Avenir, septembre 2007, Olivier Hertel

[1] faisant référence en cela à la Méthode Hamer


Posté le 3 Octobre 2007

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 18 janvier 2018