Version imprimablePDF version

Une enfance au sein des Enfants de Dieu

Deux soeurs jumelles, Flor et Tamar Edwards, ont vécu les quatorze premières années de leur existence dans une communauté de la secte apocalyptique, les Enfants de Dieu, à Huntington Beach, en Californie. Porté par le mouvement hippie, ce mouvement est né dans les années 1960. Ses adeptes prônaient « l’amour libre » et vivaient en nomades, coupés de la société « ordinaire » parce qu’ils pensaient être les élus de Dieu.


Quand elle rejoint les enfants de Dieu, la famille Edwards vit à Los Angeles. En 1985, Flor et Tamar âgées de 5 ans, quittent les États-Unis avec leurs parents pour rejoindre la Thaïlande où elles vécurent durant 7 années. Leur communauté revient à Chicago en 1994.
Dans la communauté des Enfants de Dieu, les familles vivaient modestement. Les enfants n’allaient pas à l’école mais apprenaient à lire à l’âge de 9 ans. On leur enseigne que tout ce qui est extérieur au groupe est mauvais : l’éducation, la politique, l’argent, la musique…
Leur existence était régentée par un seul homme, David Berg. « Père David » est issu d’une « longue lignée d’évangélistes ». Il a rompu avec son église et est venu s’installer en Californie. Il a dédié sa vie à ses deux passions : le sexe et Dieu. À son apogée, le groupe prétendait compter des dizaines de milliers de membres à travers le monde, et affirmait que 13 000 enfants étaient nés dans la secte.

 

Les ex-adeptes expliquent qu’on leur a demandé de croire que l'amour pour Dieu s’exprimait à travers les rapports sexuels, y compris pour les enfants. Tamar explique qu’en l’absence de médicaments, d’alcool ou de tabac, le sexe était le seul « stimulant » des Enfants de Dieu. Il était le « chemin vers la liberté », « le créateur de Dieu, de l’amour et de la beauté ».

Flor et Tamar n’ont jamais été victimes d'abus sexuels, mais ont été physiquement maltraitées comme le sont la plupart des enfants de la communauté. Flor se souvient que sa petite soeur a reçu sa première fessée à l’âge de 6 mois.
Les jumelles ont gardé un souvenir fort de l’angoisse provoquée par les annonces d’apocalypse. Flor raconte qu’elle était terrifiée à l’idée de la fin des temps, à l’idée de perdre la vie. Tamar se souvient avoir voulu se suicider à 7 ans pour échapper à cette effroyable prédiction et parce qu’elle étouffait.
Le groupe s’est dissout, en 1994, à la mort de David Berg. Les Enfants de Dieu se sont réorganisés et sont aujourd’hui connus sous le nom de Famille Internationale. Le groupe a officiellement interdit les rapports sexuels avec les mineurs et la polygamie.


Les jumelles se souviennent et souffrent encore aujourd’hui des difficultés du retour à une « vie normale ». Elles n’ont pas été préparées à ce qui existait de l’autre côté de la frontière que David Berg a dressée. Elles font ce qu’elles peuvent avec le peu d’armes qu’elles ont et ne savent même pas à qui elles pourraient en vouloir.


(Source : ABC News, 31.05.2015)


Posté le 5 Juin 2015

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 22 février 2018