Version imprimablePDF version

Un père devant la justice pour protéger ses filles

La justice canadienne vient de donner une nouvelle fois raison au père de deux fillettes que son ex-épouse, Témoin de Jéhovah, essayait d’endoctriner. La cour d’appel vient de confirmer la décision prise en première instance interdisant à la mère d’emmener les enfants faire du porte-à-porte et ne les autorisant à assister qu’une semaine sur deux aux réunions organisées le dimanche matin par sa communauté.


Le père craignait que les nombreuses réunions où la mère emmenait ses filles leur fassent perdre tout discernement. Les rencontres hebdomadaires du jeudi finissaient tard et celles du dimanche duraient deux à trois heures. Il voulait leur éviter d’être influencées par les préjugés des Témoins de Jéhovah, par exemple sur les fumeurs, perçus comme de mauvaises personnes, ou sur les homosexuels, qualifiés de « pommes pourries ».


Pour éviter de se heurter au problème de la liberté de religion, son avocate, maître Nathalie Madore, a comparé le porte-à-porte à du travail dissimulé proche du démarchage commercial à domicile. Selon elle, le porte-à-porte a surtout pour but de diffuser la doctrine des Témoins de Jéhovah et les réunions ne seraient qu’une préparation pour la « vendre » comme on le ferait avec un produit quelconque.


(Source : TVA Nouvelles, 08.12.2017)


Posté le 10 Janvier 2018

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 22 février 2018