Version imprimablePDF version

Un an de prison pour l’ex-gourou de la secte « Minh Vacma »

Alain Schmitt, « ex-gourou » de la secte « Minh Vacma », dite « secte d’Algrange » (57), a été extradé en France le 24 juillet 2010, après avoir passé six mois dans les prisons de Malte.

En 2005, une institutrice orléanaise de 44 ans avait déposé plainte, racontant avoir quitté la secte, non sans avoir remis 21.000 euros et avoir, entre autres, été maltraitée et séquestrée.

Après enquête, l’antenne de Metz de la police judiciaire de Strasbourg investissait les locaux de la secte à Algrange le 16 juin 2005 et arrêtait Alain Schmitt et ses complices. La secte était dissoute en novembre 2005. En octobre 2008, le gourou était condamné pour séquestration et violences en réunion à cinq ans de prison. Sept adeptes étaient condamnés à des peines diverses. Sauf, qu’au moment du jugement, Alain Schmitt qui avait été libéré pour raisons de santé grâce à son avocat, s’était… enfui et réfugié à Malte avec sa compagne.

Le 22 septembre 2010, la cour d’appel de Metz a condamné Alain Schmitt à un an de prison ferme, une peine assortie du mandat de dépôt mais qui signifie qu’Alain Schmitt retrouvera la liberté dans les prochaines semaines, compte tenu de la durée de sa détention provisoire cumulée et des remises de peine. La Cour l’a relaxé partiellement des faits d’extorsion de fonds et de séquestration de moins de sept jours, commis sur une de ses victimes, l’institutrice orléanaise qui, la première, avait porté plainte contre lui.

Un jeune Sarregueminois, Stéphane, qui avait été libéré le 16 juin 2005 lors de l’opération de police s’est dit « sidéré » par le jugement car, explique-t-il, « il valait mieux qu’il prenne la fuite, puisqu’il est moins lourdement sanctionné que son premier cercle de complices ». Rappelons qu’à Thionville en 2008, comme à Metz en appel en 2009, les autres prévenus, dont le propre fils d’Alain Schmitt, avaient été condamnés à 15 ans de prison ferme. Début 2010, une autre plaignante âgée de 24 ans, passée par « la propriété d’Algrange » s’était signalée. Le Républicain Lorrain signale encore deux nouvelles plaintes à l’encontre d’Alain Schmitt, plaintes qui sont en cours d’instruction au parquet de Strasbourg. Elles émanent de deux jeunes allemandes d’une vingtaine d’années qui auraient intégré l’entourage d’Alain Schmitt à Malte.

Sources : AFP, 07.10.2010 & Le Républicain Lorrain, Alain Morvan, 07.09.2010 & Site "lequotidien.lu", Le Républicain Lorrain, Alain Morvan, 23.09.2010 & RTL, L’Heure du Crime, 23.09.2010


Interrogé sur RTL, Georges Fenech explique que les juges « individualisent » toujours la peine . Ce qui est le cas avec Alain Schmitt dont l’état de santé s’est détérioré : devenu quasiment aveugle et insulino-dépendant, il se trouve dans une chaise roulante.

L’affaire de la secte d’Algrange dans l’émission « L’Heure du crime » de Jacques Pradel sur RTL. Étaient présents : le président de la MIVILUDES, Georges Fenech, une victime, Stéphane, et Alain Morvan, le reporter du Républicain Lorrain qui a suivi l’affaire depuis 2005.


Minh Vacma. Article précédent


Posté le 23 Septembre 2010

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 20 avril 2018