Version imprimablePDF version

Rassemblement des Témoins de Jéhovah

50.000 Témoins de Jéhovah réunis à Paris

Pour leurs rencontres internationales du 30 juillet au 2 août 2009, 50.000 Témoins étaient attendus à Paris et dans la région parisienne, 26.000 à Lyon et plusieurs dizaines de milliers dans d’autres villes de France…

La journaliste a rencontré des adeptes dont une jeune hôtesse d’accueil de 24 ans qui a grandi dans le mouvement. Elle a adopté une attitude prosélyte et elle se fait un devoir « d’annoncer la bonne nouvelle » dans la rue ou à domicile.

« Quand on a un bon médecin, ce serait égoïste de ne pas le partager » confie cette jeune fille qui « comme la plupart des Témoins » ponctue ses phrases de « Jésus à dit » et de « références tirées de Nouveau Testament : Mathieu 24, verset 3, Jean 5-19 »… Persuadée qu’il n’y a « hors du Christ, point de salut », elle a demandé un mi-temps à son employeur pour devenir « pionnier » ou « proclamateur de la bonne nouvelle », 70 heures par mois.

La « bonne nouvelle » dont il est question serait-elle l’annonce que « nous sommes entrés dans le temps des derniers jours » ? C’est en tout cas ce qu’explique un « ancien » à la journaliste. « La fin du monde » est imminente et le « royaume va advenir ». Un « royaume terrestre où chacun sera ressuscité et retrouvera les siens ».

Encore faut-il passer auparavant « par les drames décrits dans la Bible (Luc 21-11) : guerres, tremblements de terre, famines. Pour les Témoins de Jéhovah, l’époque colle à ces prophéties et certains « convoquent même le film Home de Yann Arthus Bertrand sur les désastres écologiques, à l’appui de leur démonstration ».

Des pratiques qui posent question

La journaliste passe en revue cinq points qui mettent les Témoins de Jéhovah sur le devant de la scène : le refus de la transfusion sanguine par respect « pour le sang sacré » ; les affaires de pédophilie ; suite à un contrôle fiscal : le contentieux avec le fisc pour une somme de 60 millions d’euros ; la croyance en l’imminence de la fin du monde (ou de son « effondrement » !) et enfin, le refus de porter les armes et de faire le service militaire (la fin de son obligation ayant réglé la question. (1)

(1)[Ajoutons encore : le refus de voter.]

Source : Le Monde, Stéphanie Le Bars, 30.07.2009


Posté le 15 Septembre 2009

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 17 mai 2018