Version imprimablePDF version

Que sait-on de ? La Soka Gakkai

La Soka Gakkai a été fondée au Japon dans les années 30 en tant qu'association de laïcs de l'école bouddhique Nichiren Soshu dont elle a, depuis, été excommuniée. Présidée par Daisaku Ikéda, la Soka Gakkai Internationale (SGI) est aujourd'hui une organisation riche et puissante. Présente dans 190 pays, elle compte plus de 10 millions d'adeptes, dont 6.000 en France où elle est implantée depuis 1966.

En 1930, quelques hommes d'affaires japonais pratiquant le boudddhisme de la Nichiren Soshu, une école bouddhique s'inspirant de Nichiren Daishonin, moine bouddhiste japonais du XIIIe siècle, fondent une organisation laïque, la Soka Gakkai. Au Japon, après la seconde guerre mondiale, la Soka Gakkai devient rapidement une véritable puissance et s'internationalise, surtout sous la présidence de Daisaku Ikeda (à partir de 1960). L'organisation va aussi s'impliquer dans la vie politique japonaise en créant, en 1964, un parti politique, le Komeito, qui, malgré une séparation officielle en 1974, est toujours soutenu et contrôlé par la Soka Gakkai. En 1991, cette dernière est excommuniée de la Nichiren Soshu.


A l’origine, la doctrine de la Soka Gakkai s’appuie sur la dévotion au sutra du lotus dont Nichiren Daishonin avait fait un commentaire : le Gosho. Les dirigeants actuels de la Soka Gakkai ont également fait une interprétation personnelle du gosho et aujourd’hui, ce sont ces textes, signés par Daisaku Ikeda, qui sont la référence pour les millions d’adeptes du groupe.

Les rituels sont organisés autour d’un objet de grande vénération : le Gohonzo, réplique du parchemin écrit par Nichiren Daishonin lui-même. Il est remis à chaque adepte qui le place chez lui, sur un petit autel de bois (butsudan). Deux rituels quotidiens de récitation rythment la vie des adeptes. Ils y consacrent environ trois quarts d’heure matin et soir, parfois plus, s’ils ont des problèmes particuliers à résoudre.

A cela s’ajoute la participation régulière, tous les quinze jours, aux Zadankai (réunions de quartier) qui comportent prière, étude des textes et échange d'expériences de vie. Ces différentes pratiques auraient des effets bénéfiques directs sur la vie des adeptes. C'est ce que la Soka Gakkai nomme "la preuve actuelle". La prière entraîne, si elle est pratiquée correctement, la réalisation des désirs terrestres de l'adepte (matériels, financiers, sentimentaux) et l'absence de réussite concrète est due à une mauvaise pratique.

Le prosélytisme (Kosen Rufu) est le premier devoir du pratiquant car il permet de s’assurer que sa foi est authentique. Il transmet la loi correcte et aide ainsi à sauver le monde. Il est donc plus bénéfique pour le karma individuel que ne l'est la prière.

De nombreux adeptes se marient au sein du groupe. « Former un couple pour Kozen Rufu », signifie que la cellule familiale sert de relais pour la propagation de la doctrine. Un couple qui vit et éduque ses enfants selon les principes de la Soka Gakkai serait la clé d’une vie familiale réussie.

Les principes du groupe sont inculqués aux enfants dès leur plus jeune âge. Pour Daisaku Ikeda, "l’idéal est d’élever les enfants pour qu’ils chérissent notre organisation. Avec cet esprit, ils se développeront remarquablement.» Ils doivent également participer à l'action de prosélytisme . Dans cette optique, la Soka Gakkai a créé des départements jeunesse pour les former au « Kozen Rufu ».

Sur le plan politique, le but de la Soka Gakkai est d’instaurer une paix mondiale, et le chemin proposé pour y accéder est l’acceptation du bouddhisme de Nichiren Soshu par toute la planète. L’établissement d'une religion mondiale servant de base spirituelle permettrait d’aboutir à la création d’un état mondial idéal.

La paix dans le monde est l'un des thèmes de base de la campagne de communication mise en place par la Soka Gakkai dans le cadre de sa stratégie d’expansion mondiale. Afin de cultiver cette image, elle s’appuie sur l’ONU dont elle est une ONG, comme d’autres grands mouvements sectaires, et elle finance des projets culturels et éducatifs.

Daisaku Ikeda a également rencontré de nombreux chefs d’états, ce qui lui sert de caution et le pare d’une aura d’honorabilité et de respectabilité auprès du public et des adeptes.

Riche et puissante, la Soka Gakkai tire une partie importante de ses revenus des dons. Les autres ressources sont d’origine commerciale: presse, vente d’objets de culte, de concessions et de monuments funéraires...


 


Posté le 22 Novembre 2006

Mots clefs : 

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 22 février 2018