Au coeur de l’Opus Dei

Le témoignage de Maria Del Carmen Tapia brise la loi du silence et livre un récit implacable sur l’histoire de l’OEuvre. Autoritarisme, prosélytisme cynique, culte invraisemblable de la personnalité, pratiques sectaires… elle raconte ce qu’elle a vu et vécu au sein de cette organisation. Elle évoque « une fabrique à fanatiques » qui broie ceux qui ne respectent pas ses normes totalitaires et dépeint sans ambages le quotidien des dirigeants dont elle faisait partie. Entrée à l’Opus Dei en 1948, Maria Del Carmen Tapia était une fervente adepte avant d’en être chassée en 1966. Dès 1952, elle est appelée à Rome pour travailler aux côtés de son fondateur, Josémaria Escriva qui la nomme directrice du bureau central de la section des femmes. En 1956, elle est envoyée au Vénézuela. Ses commentaires sur les consignes émanant du siège lui valent d’être renvoyée à Rome où elle est assignée à résidence sans savoir clairement ce qui lui est reproché. Elle fut soumise à de nombreux interrogatoires avant d’être exclue. Rouge de colère, Escriva lui lancera avant de la renvoyer : « Et ne t’avise pas de parler de l’OEuvre ou de Rome avec quiconque. Ne nous indispose pas avec tes parents, car si j’apprends que tu dis du mal de l’OEuvre à quelqu’un, moi, Josémaria Escriva de Balaguer, qui ai la presse mondiale entre les mains, je te déshonorerai publiquement. » (Source : L’Express, 06.03.2016)
Auteur : 
Maria Del Carmen Tapia
Editeur : 
Albin Michel
Tags : 
Date de publication : 
Mardi, 12 Avril, 2016
Thèmes : 

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 25 juillet 2017