Version imprimablePDF version

Abus sexuels - Des prêtres couverts par leur hiérarchie ?

Une enquête menée par l’émission Cash Investigation associée au journal Médiapart, diffusée le 21 mars 2017 sur France 2, a mis en lumière les nombreux cas où l’Église catholique a étouffé des affaires de pédophilie et d’abus sexuels commis par des prêtres. Selon Médiapart, La Fraternité Saint-Pie X n’aurait pas échappé à ce genre de pratiques. Le journal pointe notamment deux affaires que Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité depuis 1994, n’aurait pas signalées à la justice.


La première affaire concerne des faits commis entre 1985 et 2000 par un prêtre officiant dans les Yvelines qui aurait abusé de deux victimes. Avertis dès les années 1990, les supérieurs n’ont pas signalé les faits à justice. La seule action entreprise par Mgr Fellay a été une interdiction de tout apostolat du prêtre auprès des jeunes en 2000. En réalité, il s’occupera des scouts de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) jusqu’en 2002. En 2009, l’une des victimes portera plainte au Vatican et le prêtre sera condamné par la Congrégation pour la doctrine de la foi1. Il fera appel de la décision et ne recevra aucune punition. Il a depuis quitté la communauté.


La seconde affaire concerne l’ancien directeur de l’école Notre-Dame de la Sablonnière située à Goussonville, toujours dans les Yvelines (Voir article suivant). Médiapart a révélé que la Fraternité a tenté d’agir en exilant cet abbé de 2010 à 2013 au couvent des capucins de Morgon (Rhône)2.


Pour chacune des affaires, des procès canoniques ont eu lieu, mais la Congrégation pour la doctrine de la foi en a confié la tenue à la Fraternité.


La direction de la Fraternité Saint-Pie X a dénoncé une enquête uniquement à charge et diffamatoire. Elle se défend en expliquant que, dans le premier cas, elle aurait pris en charge, en 2008, une partie du préjudice subi par la victime et aurait instruit l’affaire en justice en 2009 qui aurait abouti à une sentence en 2014.


Dans le second cas, le groupe n’aurait pas réagi car les victimes ne souhaitaient pas porter plainte.


(Source : Arcinfo.ch, 23.03.2017)


1- Organisme du Saint Siège dont le but « est de promouvoir et de protéger la doctrine et les moeurs conformes à la foi dans tout le monde catholique ».


2- La mutation est d’ailleurs la solution adoptée par l’Église afin d’étouffer les affaires pour la plupart des prêtres incriminés.


Posté le 12 Avril 2017

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 13 septembre 2017