Aum / Aleph

Posté le 10 avril 2018

23 ans plus tard

Le 20 mars dernier, le Japon commémorait l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo perpétré par la secte Aum pour lequel des membres du groupe, dont le leader Shōkō Asahara, sont condamnés à mort. Pourtant plusieurs groupes liés à Aum existent encore au Japon.


Mots clefs : 
Posté le 11 décembre 2017

Un raid de la police dans les bureaux d’Aleph

La police japonaise a procédé à une fouille dans cinq bureaux appartenant à Aleph, le principal groupe qui a succédé à Aum. Le groupe aurait recueilli des dizaines de milliers de yens de frais d’adhésion d’une femme sans qu’elle ait rempli le moindre document légalement requis.


Posté le 11 mai 2016

Aum aux Balkans

Le Monténégro a expulsé 58 membres de la secte apocalyptique japonaise Aleph, plus connu sous le nom Aum Shinrikyo. Ce groupe était constitué de 43 ressortissants russes, sept biélorusses, quatre japonais, trois ukrainiens et un ouzbeks. La police monténégrine a procédé à leur arrestation dans un hôtel près de Danilovgrad après avoir constaté que leurs visas n’étaient pas valides et recueilli des témoignages inquiétants.


Posté le 10 avril 2015

20 ans après, le Japon se souvient…

Le 20 mars 1995, cinq membres de la secte Aum Vérité suprême (ou Aum Shinri Kyo) montent dans plusieurs rames de métro convergeant vers le coeur administratif de la capitale japonaise pour y répandre du gaz sarin. Vingt ans après, les Tokyoïtes ont commémoré ce drame qui avait tué treize personnes et fait 6300 blessés.


Pages

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 17 mai 2018