Version imprimablePDF version

Science et pseudo-science : une représentation médiatique déséquilibrée

Les phénomènes paranormaux et les approches pseudo-scientifiques bénéficient, dans l’ensemble des médias de masse, d’une couverture nettement plus importante que la science. C’est la loi du marché : les lecteurs ou téléspectateurs encouragent à leur insu des informations plus ou moins nocives pour l’intelligence et l’esprit critique.


D’autant que les promoteurs du paranormal et des pseudo-sciences aiment à entretenir la confusion, utilisant un vocabulaire emprunté à la science ou des termes scientifiques sortis de leur contexte. Par ailleurs, ils ont bien compris que faire appel au doute était rentable. Ils n’hésitent pas à miser sur les échecs de la médecine officielle pour susciter le scepticisme et faire miroiter les bienfaits des pratiques alternatives.
Les promoteurs des pseudosciences ont globalement le champ libre car quelques chercheurs font des efforts pour vulgariser leurs découvertes, peu s’intéressent au paranormal.
Attachés à l’équité entre le « pour » et le « contre » sur tous les sujets, les journalistes oublient que l’idée d’un temps de parole partagé peut avoir un sens en politique, mais pas en science, car la science n’est pas une affaire d’option.


(Source : Le Devoir, Serge Larivée*, 29.03.2016)


* Serge Larivée est professeur au Département de psycho-éducation de l’Université de Montréal


Posté le 10 Mai 2016

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 novembre 2017