Version imprimablePDF version

Haïti, un an après...

Haïti, une terre de mission

Depuis le tremblement de terre, les fidèles baptistes, pentecôtistes, adventistes ou méthodistes devancent en nombre les fidèles catholiques, dans une proportion de 40-60.

Le séisme a amplifié l’offensive évangélique et en ces temps « propices aux prêches millénaristes » le prosélytisme des missionnaires américains a trouvé dans les camps de sinistrés un « terreau fertile ».

Souples, légères, les confessions évangéliques s’implantent aisément dans le tissu urbain, bidonvilles compris. Autre élément à prendre en compte : « l’extraordinaire fluidité de la pratique religieuse ». Ainsi on peut être baptiste aujourd’hui, catholique demain ou bien encore fréquenter la même semaine la cathédrale et le temple vaudou.

Source : L’express.fr, Vincent Hugueux, 27.12.2010

Prophètes de malheur

Il y a un an lorsque le séisme a dévasté Port au Prince et les villes du Sud haïtien, « les évangéliques ont immédiatement pris la rue ».

Chercheur au CNRS, l’un des meilleurs spécialistes du religieux en Haïti, Laënnec Hurbon, n’a pas été surpris « de ce repli massif vers Dieu ». Très vite aussi « l’idée de punition divine s’est imposée » encouragée par le pasteur américain Pat Robertson qui a « pointé le vaudou comme le péché originel du peuple haïtien ».

La religion catholique, « marquée par l’héritage colonial » s’est lancée au moins à deux reprises dans de grandes campagnes anti-superstitieuses contre le vaudou. Quant au protestantisme à l’américaine, apparu dès 1915, il est morcelé mais puissant. La plupart du temps, ses fidèles réclament « la tête du vaudou ».

Ainsi Chavannes Jeune, pasteur baptiste et candidat à l’élection présidentielle de 2006, a été de ceux qui ont désigné le vaudou1 comme étant « l’origine du mal haïtien ».

La tension a été accrue par l’épidémie de choléra qui a poussé début décembre 2010 des protestants du département de Grand’Anse « à la chasse aux prêtres vaudous ». Quarante cinq d’entre eux ont été tués, accusés étaient-ils d’avoir concocté « des poudres pour empoisonner la population ».

Source : Le Monde Magazine, Paolo Woods, 08.01.2011



Pour plus d’informations sur la pénétration des sectes en Haïti à l’occasion du séisme, voir aussi sur ce site
« Main basse sur Haïti » et « Sectes et humanitaire : à l'assaut de la détresse »

 

(1)  En 1987, la Constitution haïtienne a reconnu le vaudou comme religion nationale. Ce dernier serait pratiqué par environ la moitié des 10 millions d’Haïtiens. Il imprègne profondément la société et la culture haïtienne.


Posté le 14 Janvier 2011

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 20 novembre 2017