Version imprimablePDF version

Des employés se plaignent d’un management New Age au sein de leur entreprise

Depuis les années 1990, la spiritualité s’immisce de plus en plus dans le monde du travail, par le biais d’exercices de développement personnel visant à améliorer l’efficacité et le bien-être des employés.


Ce fut le cas dans l’entreprise United Heath Programs of America qui doit maintenant faire face à un procès pour discrimination. C’est la Commission sur l’égalité des chances en matière d’emploi1 qui a porté l’affaire en justice en 2014, après que des employés se soient plaints d’avoir été punis, voire licenciés, pour avoir refusé de participer aux rituels religieux (cercle de prière, chant, chasse aux démons) et aux séminaires New Age imposés par l’entreprise.
 

Tout a commencé lorsque le PDG, a engagé sa tante, Linda Denali Jordan, comme consultante. Fondatrice de Harnessing Happiness (exploiter le bonheur), elle avait pour mission d’améliorer la communication entre les employés et le travail en équipe grâce à des techniques de développement personnel prenant appui sur une mascotte appelée Onionhead (tête d’oignon). Mais rapidement, Linda Denali Jordan a imposé aux employés ses croyances New Age. Chaque jour ils devaient se dire « je t’aime », tirer une carte dont le message devait les aider à se connecter « à la connaissance ancienne » et à « les rapprocher de la divinité ». Elle a fait installer des statues de Bouddha et d’anges, brûler de l’encens, transformer un débarras en bibliothèque spirituelle. Elle a obligé les employés à éteindre les plafonniers pour éviter que les démons ne leur fassent frire le cerveau.

 

Pire encore, selon les employés, elle et le PDG utilisaient des techniques de contrôle mental pour manager l’entreprise. Ainsi aux pratiques rituelles journalières s’ajoutaient des séances de confession durant lesquelles les employés étaient questionnés sur leur vie intime. Linda Denali profitait des informations obtenues pour les monter les uns contre les autres. Lorsqu’elle s’absentait, elle chargeait certains employés d’espionner les autres.
 

La Commission sur l’égalité des chances en matière d’emploi, qui soutient les employés discriminés, a exhorté la justice à mettre fin aux pratiques sectaires de l’entreprise et a demandé, pour eux, des compensations financières.


(Sources: CNS News, 07.10.2016, CBS News, 05.10.2016, Lexology.com, 10.02.2016)


1- L’Equal Employement Opportunity Commission


Posté le 10 Novembre 2016

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 novembre 2017