Version imprimablePDF version

Le Président de la Miviludes remet le rapport 2011-2012 au Premier Ministre

Pour la première fois depuis plusieurs années, le président de la Miviludes, Serge Blisko, a remis solennellement le rapport d’activité de la Miviludes au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, manifestant ainsi l’importance que le Gouvernement accorde à la lutte contre les dérives sectaires.

Ce rapport « témoigne de la montée en puissance de l’action de la mission », désormais mieux connue et qui se trouve ainsi « davantage sollicitée ». Il s’attache plus particulièrement à décrire « un risque diffus mais néanmoins présent » de dérives sectaires dans les domaines de la santé et de l’accompagnement de fin de vie. Il évalue le risque chez les personnes âgées, « fragilisées par l’isolement, le deuil, la maladie, la perte de repères, l’altération des capacités physiques et intellectuelles », victimes « idéales » des mouvements sectaires. En conséquence, la Miviludes formule un certain nombre de propositions visant à améliorer leur protection.

La Mission exerce également une « veille attentive » sur les risques sectaires dans le domaine de la formation professionnelle et particulièrement, le « développement personnel ». Alors que l’entrisme dans les entreprises, les institutions et l’administration se diversifie, simultanément, les facteurs de risque sectaire liés aux mutations économiques ou à de nouvelles contraintes managériales augmentent.

Une étude est également consacrée à la prise en charge des victimes sortant de mouvements sectaires et qui, cherchant à se réinsérer dans la société, ont souvent besoin d’aide. Dans cette perspective, un groupe d’appui constitué d’associations et de représentants d’institutions variées s’est réuni à six reprises pour proposer une série de mesures.

Comme chaque année, le rapport contient un bilan de l’activité de la Miviludes ainsi que les contributions des ministères à la lutte contre les dérives sectaires.

Enfin, le rapport 2011-2012 publie les actes du colloque qui s’est tenu à l’Assemblée nationale le 26 octobre 2011 à l’occasion des dix ans de la loi About-Picard : « Initiatives parlementaires et lutte contre les dérives sectaires – Bilan et perspectives ».

Lire à ce sujet le communiqué de presse de la Miviludes.

Consulter le rapport sur le site de la Miviludes.

Le dernier rapport de la Miviludes dresse un tableau inquiétant

Le rapport de la Mission dresse « un tableau inquiétant des années 2011-2012, et plus encore de l’avenir ».

Serge Blisko, président de la Mission depuis le mois d’août 2012, précise dans une interview au journal « 20 minutes », faire le tour des préfectures où « il alerte les services concernés » du risque sectaire.

Selon le communiqué de presse qui accompagnait la sortie du rapport, la Miviludes qui a renforcé sa communication et développé son site internet, « a enregistré au cours de l’année 2011 près de 2.300 saisines, soit une augmentation de +25 % par rapport à 2010. Cette tendance se confirme en 2012, puisque les huit premiers mois de l’année, le nombre de signalements a encore augmenté de +22 % par rapport à la même période 2011. Cela aboutit au chiffre de 2.600 signalements dont 72 % par internet. En « cas de saisine, La Mission demande aux forces de l’ordre de mener des vérifications et si nécessaire, elle informe les procureurs, alertés de 50 à 100 cas par an en moyenne, « précise Serge Blisko ».

Depuis plusieurs années, la menace sectaire évolue : elle est plus « diffuse » et, selon le président de la Miviludes, « plus grave ». Aux grandes organisations sectaires s’ajoutent de « petits groupes centrés autour d’un individu qui impose sa loi aux adeptes ».

« On appâte une personne, le plus souvent à un moment critique de sa vie, on l’amène peu à peu par d’insidieuses manoeuvres psychologiques accompagnées parfois de pressions physiques à perdre son autonomie et son libre arbitre ». Et parmi les victimes, figure un nombre croissant de « personnes âgées ».

Un phénomène émergent qui prendra de l’ampleur, observe Serge Blisko, ajoutant : « Nous comptons 2,5 millions de personnes de plus de 80 ans. En 2040, elles seront 7,5 million », devenant un « nouveau marché » pour les mouvements sectaires. Elles restent des « proies faciles » lorsqu’elles sont isolées à leur domicile et coupées de leur famille. Mais elles peuvent le devenir également au sein même des maisons de retraite où « des groupes sous couvert de démarches spirituelles » manoeuvrent pour abuser d’elles financièrement et mentalement. La Miviludes indique avoir reçu plusieurs appels de responsables d’établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux signalant « des groupes inquiétants ». La Mission s’est en conséquence donné pour objectif de former les responsables de ces structures « à mieux repérer les risques sectaires ».

De son côté, la présidente de l’UNADFI, Catherine Picard, co-auteur de la loi du 12 juin 2001[1] s’inquiète du nombre « d’abus de faiblesse » ciblant les personnes âgées. « Les associations sont souvent contactées par des familles qui s’inquiètent des démarches auprès de leurs proches de certaines associations reconnues comme sectaires. « Par le biais de démarchages à domicile, de propositions, de discussion, d’aide à rompre la solitude, de distribution ou vente de documents pseudo-religieux, ces mouvements, notamment les Témoins de Jéhovah, font un forcing pour pénétrer chez les personnes âgées » et à terme, « se substituer à la famille qui devient encombrante et se voit rejetée ». Le rapport de la Miviludes donne ainsi l’exemple d’un homme de 75 ans, M. S., veuf depuis peu de temps et qui, confronté à la solitude et au désarroi suite au décès de son épouse, s’est laissé « envahir » à son domicile par une adepte du Mouvement Ramtha, Mme B., interrompant même ses traitements médicaux sur ses conseils. M.S. reconnaît lui-même qu’il se fait abuser mais il ne se résout pas à se séparer de Mme B. de peur d’être confronté à nouveau à la solitude. Ses enfants ont fini par engager auprès du procureur de la République une procédure au titre de la loi About-Picard.


Source : Communiqué de presse de la Miviludes, 25.04.2013 & Rapport 2011-2012 de la Miviludes

Source : Rapport 2011-2012 de la Miviludes & AFP, Annick Benoist, 25.04.2013 & 20minutes.fr, Vincent Vantighem, 23.04.2013 & LeFigaro.fr, Angélique Négroni, 25.04.2013 & La Charente Libre, 26.04.2013

[1] Loi About-Picard tendant à renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales.


Posté le 30 Mai 2013

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 22 février 2018