Emprise mentale et vulnérabilité

Posté le 26 mars 2010

La notion d’addiction permet-elle une meilleure compréhension du phénomène sectaire ?

Jusqu’ici, le concept le plus utilisé dans l’étude du phénomène sectaire est celui d’emprise – ou, comme le dit la loi About-Picard, « la mise en état de sujétion ».
Ce que cerne l’emprise, c’est la volonté en actes du gourou ou du leader de groupe d’asservir à son projet de nombreux ou quelques adeptes. Ceux-ci sont alors perçus comme « victimes » de menées qui les dépassent, et contre lesquelles ils ne peuvent rien, mis en état de faiblesse par la crise personnelle qu’ils traversent.



Posté le 25 mars 2010

Abus de faiblesse : les condamnations se multiplient


Me Marie-Christine Cazals, une avocate spécialisée en droit des successions, est saisie chaque semaine d’une nouvelle affaire d’abus de faiblesse. En 2007, 615 « abus de faiblesse ont été sanctionnés par la justice ».

L’abus de faiblesse ne touche pas que le troisième âge mais plus largement, toute personne psychologiquement fragile. Certaines victimes ont été bernées par une secte et d’autres, nettement plus nombreuses, ont été abusées lors d’un démarchage à domicile.


Posté le 18 novembre 2008

Comment entre-t-on dans une secte, et pourquoi y reste-t-on ?

Il s'agit ici d'examiner, non pas les motifs des futurs adeptes, dont les attentes et espoirs sont légitimes, mais comment les sectes procèdent pour les convaincre d'adhérer, et pour les maintenir dans le groupe.


1ère ÉTAPE : SÉDUIRE ET SUR-VALORISER

 


Posté le 04 mars 2008

Mise en état de sujétion (1ère partie)

Les sectes au sens actuel du mot, ont la volonté de contrôler totalement leurs membres au mépris de leur liberté ; elles sont d’essence totalitaire
D’une très grande diversité de tailles, structures et dénominations, elles ont en commun de se présenter comme pouvant apporter des réponses absolues à des problèmes ou des aspirations de l’être humain, qu’ils soient d’ordre


Posté le 29 novembre 2006

Mécanismes de l'emprise sectaire

L’emprise sectaire, la mise en état de sujétion ont progressivement remplacé dans le vocabulaire des associations de victimes et dans le vocabulaire juridique ou administratif la « manipulation mentale ». Celle-ci faisait trop clairement référence aux méthodes nord-coréennes ou chinoises pendant la Guerre Froide. De plus, les psychologues ont beaucoup avancé sur la notion d’emprise perverse ou de harcèlement moral. On peut se référer notamment aux travaux de Kaës, Diet, Irigoyen ou Monroy.


Posté le 27 novembre 2006

Pourquoi entre-t-on dans une secte ?


La rencontre sectaire


Attiré par un groupe parce qu’il répond à certains espoirs : un futur adepte n’entre pas par hasard dans une secte. Ni plus faible, ni plus immature, ni plus déséquilibré que les autres, un futur adepte est un sujet ayant des désirs et des fantasmes conscients et inconscients et des aspirations à satisfaire.
 

Le futur adepte : un sujet en quête



Posté le 27 novembre 2006

La manipulation mentale en psychologie sociale

Les recherches théoriques sur la psychologie de la soumission appartiennent à des courants de pensée différents et se sont beaucoup développées, aux Etats-Unis notamment, depuis plusieurs décennies. Deux français, chercheurs en psychologie sociale et professeurs d'université, Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, ont tenté d'en faire la synthèse.



Posté le 27 novembre 2006

La régression intellectuelle au centre de la manipulation mentale

La plupart des personnes qui approchent de près ou de loin le phénomène sectaire ne manquent pas de s’étonner de la crédulité induite sur les adeptes. Souvent, ceux qui ont connu ces derniers avant qu’ils ne soient séduits par les propositions des gourous ou de leur porte-parole, sont stupéfaits de les voir adopter un discours simplificateur d’où est éliminé tout esprit critique.


Pages

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 novembre 2017