Version imprimablePDF version

La dissonance cognitive

Selon Romy Sauvayre l’abandon d’une croyance d’ordre existentiel (comme croire en la vie après la mort) est difficile : démenti factuel ou preuves scientifiques ne suffisent pas. La théorie de la dissonance cognitive éclaire cette persistance des croyances là où on attendrait plutôt sa fin…


Définitions


La cognition, qui désigne l’ensemble des processus mentaux se rapportant à la connaissance, englobe une multitude de fonctions du cerveau : le langage, la mémoire, le raisonnement, l’apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention. Les processus cognitifs permettent à l’individu d'acquérir, de traiter, de stocker et d'utiliser des informations ou des connaissances. Ils se distinguent des processus mentaux qui se rapportent à la fonction affective.
En psychologie sociale, la dissonance cognitive désigne la simultanéité de cognitions inconciliables, ou l’expérience d'une contradiction entre une cognition et une action. La dissonance cognitive entraîne toujours un état psychologique pénible et inconfortable.


Théorie de Festinger


Leon Festinger1 a mis en évidence la dissonance cognitive et étudié les stratégies qu’un individu met en place pour réduire la tension psychologique qu’elle induit. (...)

 

Lire la suite en pdf 


Posté le 1 Avril 2016

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 novembre 2017