Version imprimablePDF version

Prémunir les enfants de l’emprise sectaire

Les mineurs restent des proies vulnérables pour les organisations sectaires, malgré la protection « très inégale » des pouvoirs publics. En tant que « citoyens », les mineurs bénéficient de la protection de l’Etat et quelles que soient les croyances de leurs parents, ils sont en droit d’obtenir « une éducation complète et ouverte sur l’extérieur, de bénéficier de soins adaptés et éprouvés » et d’avoir accès à toutes les activités nécessaires à leur socialisation. C’est souvent à travers les parents que les sectes visent les enfants.

Comme par exemple avec Les Enfants Indigo. Ce courant « Indigo » entraîne parents et enfants hors des circuits traditionnels de la médecine et de l’enseignement et a pour conséquence de dévaloriser progressivement le rôle des parents et de le remplacer par les pratiques du mouvement. Les groupes qui ciblent les enfants peuvent être déjà repérés mais la MIVILUDES rappelle que de nouvelles structures apparaissent régulièrement, répartis sur tout le territoire et dans tous les secteurs de la vie sociale. Elles utilisent les vecteurs qui ont la faveur des jeunes et le professeur Philippe Jeammet, spécialiste de l’enfant et de l’adolescent, explique qu’ils sont « des proies particulièrement vulnérables pour certaines sectes ou idéologies de la force et de l’ordre ». Ils restent susceptibles d’adhérer à des modèles ou à des idéologies « sans réserve et sans esprit critique » mais également de se laisser prendre dans les filets d’une mouvance propice à tous les excès : celle du satanisme. La vigilance doit donc rester de mise.

Source : Liaisons Laïques, Pierre Audouin, chargé de mission à la MIVILUDES, Eté 2007


Posté le 17 Octobre 2007

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 17 mai 2018