Témoins de Jéhovah

Posté le 11 février 2016

Justice : les tactiques abusives de la Watchtower

La juge Patricia Jenkins de Philadelphie a admis que les Témoins de Jéhovah avaient utilisé une « tactique abusive » pour retarder un procès mettant en cause les dirigeants de l’organisation dans une affaire d’abus sexuel sur mineure. Elle a également fait remarquer que « les faits indiquent clairement que la demande de transfert était le fruit de la mauvaise foi de la congrégation et des quatre témoins du comté de York ».


Posté le 13 janvier 2016

Pas de Père-Noël pour les enfants de Reynès

Interpelé par des parents d’élèves, le maire de Reynès, commune des Pyrénées-Orientales, a bondi en apprenant qu’un père, Témoin de
Jéhovah, avait réussi à convaincre la directrice de l’école maternelle de ne pas faire appel au « Père-Noël » pour les festivités de fin d’année.


Posté le 29 décembre 2015

Témoins de Jéhovah : Commission royale d’Australie

La filiale australienne de la Watchtower a dû, suite aux sommations de la Commission, remettre « 5 000 documents faisant état de 1 006 fichiers relatifs à des allégations d'abus sexuels sur mineurs perpétrés par des membres de l'Eglise des Témoins de Jéhovah en Australie depuis 1950 - chaque fichier citant un agresseur différent. » Aucun de ces cas n’a fait l’objet d’un signalement aux autorités compétentes.


Posté le 10 novembre 2015

Les actes de pédophilie ne sont pas des péchés, ce sont des crimes

Louise Palmer vient de lever le voile sur son identité pour témoigner des abus sexuels qu’elle a subis dans les années 1980. Son agresseur n’est autre que son frère, Richard Davenport. Sa condamnation à 14 ans de prison, prononcée l’année dernière, es une victoire pour Louise ; mais elle continue de s’insurger contre l’attitude des membres de sa famille, adeptes des Témoins de Jéhovah, qui ont scandaleusement essayé d’étouffer l’affaire avant de la renier.


Posté le 10 novembre 2015

Rendre obligatoire les signalements d’abus et de maltraitance sur les enfants

D’anciens membres des Témoins de Jéhovah ont appelé le gouvernement à rendre obligatoire la dénonciation d’abus sexuels sur les enfants de la communauté. La plupart des victimes de ces abus n’ont jamais vu leurs auteurs traduits en justice.

Actuellement, les règles du mouvement obligent à traiter les affaires de pédophilie en interne. La règle des « deux témoins » est une aberration puisqu’elle oblige la victime d’abus à trouver deux témoins visuels des faits.


Posté le 12 octobre 2015

« Tout n’est pas aussi lisse qu’il n’y paraît »

Tous les Témoins de Jéhovah de Belgique ont communié à l’unisson lors de leur congrès annuel, seule occasion d’échapper au fameux porte-à-porte. Tous rassemblés dans une immense salle, leur respect subjugue. Pas un papier par terre. Pas une personne ne bouge. Même les enfants restent assis…


Posté le 12 octobre 2015

La « guerre théocratique »

Plusieurs hauts dirigeants des Témoins de Jéhovah ont été auditionnés par la commission royale australienne pour déterminer si l’organisation avait sciemment caché des cas d’abus sexuels sur mineurs. Depuis les années 1950, leur doctrine les autorise, pour protéger l’organisation, à mentir à toutes les personnes extérieures au mouvement. Ces témoins qui ont pourtant prêté serment, ont-ils tous dit la vérité ?


Posté le 15 septembre 2015

Commission royale

La commission royale d’enquête sur les réponses institutionnelles aux sévices sexuels sur enfants, a révélée qu’en Australie, de 1950 à 2014, la Watchtower Bible and Tract Society a cumulé 5000 dossiers détaillant des abus sexuels sur des enfants au sein des Témoins de Jéhovah(1), commis par 1 006 de ses membres. Elle n’a pas signalé un seul de ces cas aux autorités compétentes. Elle a également incité ses membres à se taire.


Pages

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 15 février 2018