Justice

Posté le 12 avril 2017

Abus sexuels - Des prêtres couverts par leur hiérarchie ?

Une enquête menée par l’émission Cash Investigation associée au journal Médiapart, diffusée le 21 mars 2017 sur France 2, a mis en lumière les nombreux cas où l’Église catholique a étouffé des affaires de pédophilie et d’abus sexuels commis par des prêtres. Selon Médiapart, La Fraternité Saint-Pie X n’aurait pas échappé à ce genre de pratiques. Le journal pointe notamment deux affaires que Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité depuis 1994, n’aurait pas signalées à la justice.


Posté le 11 avril 2017

Plainte contre l’Hôpital neuchâtelois : les Témoins de Jéhovah déboutés

Publiée par l’Hôpital neuchâtelois (HNe) en février 2015, une « directive institutionnelle relative à la prise en charge des patients refusant toute transfusion de sang et de dérivés sanguins, en particulier des Témoins de Jéhovah » n’a pas été du goût de ces derniers.


Mots clefs : 
Posté le 11 avril 2017

Un guérisseur condamné

Un guérisseur d’origine française a été condamné à trois ans et demi de prison ferme pour viols, contraintes sexuelles et abus de détresse par le tribunal correctionnel de Lausanne.


Le thérapeute est accusé d’avoir abusé de six de ses clientes entre 2011 et 2015, deux d’entre elles seulement ont porté plainte. Toutes ces victimes avaient des problèmes physiques et psychologiques et ont été piégées par l’homme qui a profité de sa position de « soigneur ».


Posté le 11 avril 2017

Des diplômes de pacotille qui mènent à la mort

En Belgique, Didier F., chantre de la Biologie Totale pseudo-thérapie créée par Claude Sabbah1, a été renvoyé en correctionnelle pour exercice illégal de la médecine. Il aurait influencé le choix mortifère de Domizzio Danieli, un habitant de Charleroi décédé en 2012 des suites d’une tumeur au cerveau.


Posté le 14 mars 2017

Le procès d’une pseudo-thérapeute

Le 20 février dernier a eu lieu devant la 1ere chambre correctionnelle de Paris, le procès d’une kinésithérapeute, Marie Catherine Phanekam, jugée pour abus de faiblesse. Elle s’improvisait thérapeute et « coach » auprès de personnes cherchant de l’aide dans un moment difficile de leur vie. Ce procès a mis en exergue l’utilisation d’une méthode d’emprise : les faux souvenirs induits1.


Pages

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 19 avril 2017